Les Anciennes Beynoises

horizontal rule

Accueil
Présentation du club
Les membres du Bureau
Les restaurations
Les sorties de grange
Le coin Motos
Vidéos du club
Liens et spécialistes
Le calendrier des manifestations
Adhésion au club

Adhérent FFVE N°946

Site référencé par

  

 

 

Les sorties de grange

Depuis la création du club, un challenge informel se déroule entre certains adhérents, ce qui donne une motivation et un certain charme à la vie du club.

Celui qui ramènera la perle rare mais dans un état d'origine, c'est à dire ce que l'on appelle communément " la sortie de grange".

La traction est sortie d'une grange mais il y a une quinzaine d'année maintenant, elle est restée dans son état d'origine. 

 

bulletCitroën HY
 
bulletPeugeot 203 coupé
 
bulletSimca Aronde Grand Large
 
bulletCitroën Traction 15/six
 
bulletPeugeot 204 break 1967
 
bulletSIMCA P60 1959
 
bulletPeugeot 404 1969
 
bulletTriumph TR7 1981
 
bulletPeugeot 403 1959
 
bulletMassey Ferguson - Pony 812
 
bulletNSU 41 Sport Sprintz
 
bulletCaravane Mabille

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Citroën HY 1967

Le Tôlé Général

Mon ami Thierry me téléphone, un soir, pour m’annoncer que son peintre carrossier avait eu la mauvaise aventure de voir son camion , emmené à la fourrière au mois d’Août.

Il est à celui qui paiera l’amende en fourrière. Pour lui, ce véhicule l’encombrait depuis belle  lurette et il ne tournait plus.

Jusque là, rien d’exceptionnel, sauf qu’il s’agit d’un Citroën Type HY de 1967.

Le lendemain, nous voilà à la fourrière tous les trois pour régulariser sa sortie. Mais voilà, il n’est pas visible car il est sur un autre parc. Bon, je paye sans avoir vu mais parfois, il faut savoir ne pas faire la fine bouche. Nous prenons rendez-vous, le samedi suivant pour venir le chercher avec le plateau. En contrepartie, je récupère la carte grise.

Une semaine à me renseigner sur les caractéristiques de ce véhicule, son histoire, son évolution . De plus, à chaque fois, que j’en parle, ce véhicule dégage une sympathie et un enthousiasme à tous mes interlocuteurs.

Le jour J arrive et me voilà avec Thierry devant la fourrière.

- Bonjour, on vient chercher le HY.

- Ah oui, l’épave pourri… mais vous êtes fou de récupérer un truc pareil et puis , ça passera jamais sur votre plateau.

Là, un énorme doute m’envahissait et je regardais mon « soi-disant » copain en me demandant s’il ne m’avait pas mis sur un coup foireux ????

- Je t’assure Nico, la dernière fois que je l’ai vu, il était correct et pas pourri .

Je commençais à me poser de grosses questions !!!!!!!

Nous arrivâmes sur le parc N°2 où plus de 200 voitures y étaient stockées. Notre interlocuteur nous montra du doigt et d’un air dédaigneux, l’objet de notre convoitise.

Un soulagement énorme m’envahissait  et je vis la chose : c’était un C35 pourri qui commençait à se casser en deux….

- Mais non, c’est pas ça. On est venu chercher un HY , un tube si vous voulez.

Là, notre homme blêmit…

- Ah oui, mais il est là-bas tout au fond. Ca fait un bail qu’il est là, et en plus depuis on a rentré tout ça (il nous montre près d’une cinquantaine de voitures entassées devant le fourgon )

- Mais oui, c’est un HY au fond, c’est ça

Et l’homme monta dans son manitou et commença le massacre. Il déplaça toutes les voitures, les entassa…Elles avaient toutes la mention : CASSE  et le HY aussi.

On réussit à le dégager, à le monter sur le plateau et on réalisa qu’on venait de le sauver.

Certes, il n’est pas beau extérieurement mais le lendemain, Patrice s’occupa de le remettre en route ; le moteur tourne comme une horloge, il a été refait il y a 20.000 km et le HY a 67.000 km. Le soubassement est très sain, seule la galerie a coulé toute sa rouille sur le tôlé.

Voilà , on attends de le remettre en état pour le Club .Quelques travaux de tôlerie sont nécessaires pour le revoir dans sa livrée d’origine. Un appel est lancé pour ceux qui ont des pièces de tôlerie et l’âme d’un carrossier. Sur les côtés, il y a possibilité de peindre une publicité.

Nicolas

 

Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Peugeot 203 coupé

Attention, une 203 peut en cacher une autre.

 

Monsieur Philippe, l’homme à la petite DAF, me demanda si je pouvais l’aider à aller chercher sa future nouvelle acquisition : une 203 Berline qui n’avait pas roulé depuis 20 ans.

Nous partîmes à trois avec le plateau de bon matin.

Sur la route, nous décidâmes de nous arrêter chez un garagiste pour récupérer un certificat de vente. Monsieur VIN alla voir à la station pendant que mon ami, à l’arrière de la voiture me dit :

- Tiens, on dirait bien l’avant d’une 203, sur le pont dans l’atelier (tout en descendant sa vitre pour mieux regarder).

-Ouais, répond l’ouvrier, c’est un coupé….

Mon sang ne fit qu’un tour et j’entrepris de descendre de la voiture pour aller voir, cela de plus près ; tout en me disant qu’à la campagne, les paysans; ils appellent un bâché : un coupé.

Eh bien, mauvaise langue que je suis, stupeur, c’était bien un rare coupé.

C’est une première main qui n’a plus roulé depuis le mariage de la fille du propriétaire en 1979. Le livre de bord est à l’intérieur avec tous les ustensiles.

Quelques jours m’ont suffit pour convaincre le propriétaire de me la vendre.

Elle est noire dans son jus, très saine et tourne à merveille.

 Philippe

Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Simca Grand Large 

Il y a un peu plus d'un mois, un de nos potes (Alain , psy dans le civil et surtout amateur de voitures, puisque possesseur à l'heure actuelle d'une R17 Gordini et de deux Fiat Ritmo Abarth qui envoient le pâté) m'appelle pour me dire :

-   "tiens, mon gars, j'ai un truc pour toi. Figures-toi que j'ai acheté un terrain, sur lequel il y a un hangar et une petite maison que je vais faire abattre."

-   "Ouais, et alors?"

-   "Ben, dans le hangar, y'a une auto qui dort là depuis plus de 35 ans".

-   "Ah?" "Et ça va te plaire, toi qu'aime bien Simca".

-   "Ah ?" "C'est une Grand Large de 1955, elle est saine, complète, le genre de truc que tu crois pas si tu l'as pas vu.

Voilà, je te la file parce que je veux pas la vendre à un gars qui va la tuner. Mais faut que tu viennes la chercher !"

Ce genre de plan, t'y crois pas d'abord. Puis tu reçois quelques photos, tu vois l'auto. T'y crois encore moins.  Elle a vraiment l'air complète, c'est vraiment une Aronde Grand Large, bref... tu fonces. Tu rameutes les copains (le Fifi, le Jacques, le Philippe), t'embarques tout ce beau monde, tu attelles un plateau, tu prépares la tronçonneuse (il a quand même fallu abattre quelques arbres pour pouvoir la sortir !) et roule ma poule.

Tu retrouves Alain qui se moque de ton impatience, fait traîner le suspense en t'obligeant d'abord à tout débroussailler.

Ça dure des heures et toi, tu tires la langue et tu finis par te dire qu'il t'a juste fait venir pour débroussailler son terrain et dégager son portail ! Et puis, et puis, vient le moment !! Le grand moment. T'es devant la porte, tu la fais tomber (ben oui, y'a plus de gonds passés 35 ans !) et là, dans l'obscurité, tu la vois. Poussiéreuse, crapoto basta fuite, mais effectivement complète. T'en fais le tour une fois, deux fois, trois fois. Tu te grattes l'occiput et tu t'assoies pour reprendre tes esprits.

Ben oui, tu rêves pas. Des sorties de grange, ça existe encore ! Et celle-là elle fait partie des exceptionnelles. Parce que, tiens-toi bien, rien n'est bloqué. Les freins, pff, pour un peu ils seraient neufs. Et comme t'es un malin qui n'en est pas à son premier sauvetage, t'as prévu quatre roues sur gonflées pour faciliter le déplacement du bestiau (et tu as bien fait, biscotte les roues d'origine, elles manquent d'air, les bougresses) que tu montes en un tour de main. Et tu sors l'auto qui retrouve le soleil après 35 ans passées à l'ombre et au sec.

Et tu peux l'examiner tout à loisir. Pour t'apercevoir qu'elle est réellement complète, que les intérieurs sont justes poussiéreux, que le moteur est certes bloqué mais bon, si tu insistais un peu, ben il repartirait comme en quarante !

Bref, sous la poussière se cache une princesse ensommeillée ! Qu'on s'est empressé de monter sur le plateau avant de la passer au Karcher. Et voilà comment une Grand Large vient de rejoindre notre P60, Gordie, l'Océane et le coach DB dans notre atelier. Elle est pas belle la vie ?

Jean-Jacques


Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Citroën Traction 15 six - Avril 1951

En vacances en BOURGOGNE chez mes parents durant ce mois d'août 1978, leur voisin fait vaguement allusion à une voiture noire qui semblerait être une traction, et remisée depuis des années dans un local servant d'abri au matériel agricole d'une ferme située à quelques kilomètres de là.

Bien entendu pas plus de précisions flou absolu, sur l'année, son état, impossible de savoir si elle est roulante, complète , à vendre ou non bref tout pour attiser la curiosité d'un collectionneur.

Après avoir harcelé de questions devant un pastis celui qui avait mis le feu aux poudres, j'ai pu obtenir des petites informations, mais surtout et cela tenait du miracle un rendez-vous par téléphone dans l'heure qui suivait avec le propriétaire.

Arrivés sur place avec mon voisin, et bien malgré moi, re‑pastis avant même d'aller voir le «tas de ferraille» comme il appelait cette chose qui allait devenir 24 ans plus tard le sujet de ces quelques lignes. Sujet de conversation ? Tout : Sauf le principal.

Les verres enfin vides , nous nous dirigeons (moi en tête) vers ce fameux local qui n'abritait peut-être qu'un tas de rouille enfin nous verrons bien…(à ce moment là, je devais avoisiner les 120 pulsations minute).

Dès La porte du hangar ouverte, sur la gauche, j'aperçois effectivement le pavillon (seule partie visible de la voiture) d'une traction ! En moi même, je me disais elle est large quand même, c’est sûrement une 11 large .

Tout en dégageant les palettes et autres cartons posés sur les côtés du véhicule, je progresse lentement sur le flanc droit de cette voiture si large, mais aussi très longue : je ne peux m'empêcher de faire cette remarque : elle vous prend pas mal de place (ou quelque chose dans ce style) ! Ben oui, dit‑il les 15 étaient plus grosses ! Silence absolu je médite quelques secondes en le regardant pensant

qu'il plaisante ou qu'il se trompe. Et bien pas du tout ! Moins de trois minutes plus tard elle était débarrassée des objets qui la recouvraient, le capot était ouvert et la preuve était bien sous mes yeux : le superbe six cylindres se posait bien là.

Remis de mes émotions après ce que je qualifierais de surprise miraculeuse car il faut rappeler que je n'avais pas pensé une seconde qu'il s'agirait d'une 15, je fis un tour rapide et je pu constater que l'état général était plutôt bon.

Restait le côté financier à aborder. Bien que très sympa, je redoutais qu'il soit un peu trop gourmand, et là, autre surprise, pour lui la vision de son local débarrassé de ces 1000 et quelques kilos de métal lui a fait ignorer totalement le côté lucratif de l’affaire et quelques milliers de francs ont suffit. Les papiers signés, j'allais sans perdre une seconde chercher de l'outillage de l'huile, du liquide de refroidissement et une batterie afin de la faire démarrer. Bien que le kilométrage n'était pas très élevé, 64000 km, et que le propriétaire la faisait tourner soit disant une à deux fois par an, je craignais un réveil laborieux du 6 cylindres .

Les six seront t'ils au rendez-vous ? Et bien oui et très rapidement. Six bougies, 10 litres de carburant , une bonne batterie et le tour est joué. Depuis elle n'a jamais failli à sa réputation de fiabilité et de robustesse, durant toutes ces année je me suis contenté de faire les vidanges et l'entretien courant rien de plus. Il m'arrive de faire 100 km dans la journée sans aucun problème, mais il faut être raisonnable et une restauration complète est prévue car il est vrai que côté sellerie, peinture, durits, carrosserie, électricité il faut tout reprendre.

 

 

Christian

Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Joyeux anniversaire

J'ai attrapé le virus de l'ancienne après avoir fait connaissance de Claude et Christian. Je voulais depuis longtemps acquérir une SIMCA P60 ou une traction.

L'occasion s'est présentée par l'intermédiaire du mari d'une amie de mon épouse, suite au décès d'un proche il devait déménager une maison ainsi que le garage ou se trouvait la voiture de son père (SIMCA P60 Elysée).

 

 

Mon épouse m'en a fait part et demandé si cette voiture pourrait m'intéresser, ma réponse fut oui mais il faut voir !. Après un rendez-vous pris, nous sommes allés la voir et qu'elle ne fut ma surprise. Elle était sous une bâche depuis 1983 et dans un état de conservation étonnant. Je fis part à mon épouse de mon impression positive et elle me répondit : "je te l'offre pour tes cinquante printemps".

Alors, je remercie Daniel et Rolande les anciens propriétaires et mon épouse chérie pour ce magnifique cadeau sans oublier Nicolas qui m'a prêté le plateau pour la rapatrier jusqu'à mon domicile, d'ailleurs on pourrait rebaptiser le plateau "le nettoyeur des granges", vu le nombre de sorties qui ont été faites avec lui.

Allez j'arrête de parler et au boulot.

  

 

 

 

 

 

 

 

Et vous voyez avec un bon coup de polish et pas mal d’huile de coude, ça présente tout de suite mieux !

 

Patrice

 

 
Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TRIUMPH TR7 "sortie de Parking"

Tout a commencé par un E-mail me demandant si une Triumph TR7 ne m'intéressait pas ? Ça faisait un peu comme : "Mon ami a une Triumph TR7 dans le parking de mon immeuble qui n'a pas roulé depuis 3 ou 4 ans. Nous envisageons de déménager et nous allons devoir libérer cette place de parking". Sans répondre dans l'affirmative, je demandais quelques renseignements complémentaires, bien que le modèle par lui-même ne me séduisait pas trop.

Par retour de courrier, j'apprenais que c'était un modèle cabriolet, qui avait été arrêté à cause d'une panne de carburation mais ne s'y connaissant pas trop, le propriétaire n'avait jamais fait les réparations nécessaires. De plus, elle ne se trouvait pas trop loin de mon lieu de travail dans le 93. Je pourrai aller la voir un de ces jours….

Puis le temps aidant, j'avais oublié cette histoire, pris par les tâches quotidiennes et extra-quotidiennes….. Mais mon interlocutrice ne voulait pas s'en tenir là. Le déménagement approchant sûrement, elle me relança. Avec toutes mes excuses pour cet oubli, je profitais de quelques jours de vacances pendant la trêve des confiseurs à Noël pour aller voir cette voiture.

Nichée sous un tas de poussière, je pu quand même me rendre compte que la bête était dans un état correct et super saine. La peinture avait l'air correcte malgré quelques éraflures sur le coté gauche et l'avant de la voiture qui avait reçu un bon coup sur le museau, pare-choc cassé mais rien de bien grave. Les bas de caisse et le soubassement avait l'air très sain et exempt de rouille. Mécaniquement, le moteur n'était pas bloqué, les freins non plus d'ailleurs. Après une expertise à la hauteur de mes compétences et une rapide gymnastique d'esprit afin d'évaluer le montant des frais à envisager pour la remise en état, je faisais une proposition financière, honnête, mais sans me ruiner. La dame me demanda réflexion pour en référer à son ami qui était le propriétaire de cette voiture.

Le soir même, elle me re-contacta pour me faire part de la décision positive de son ami. L'affaire était conclue et il ne me restait plus qu'a organiser et mettre sur pied la logistique nécessaire au rapatriement de cette TR7 à mon domicile dans les Yvelines. Coup de téléphone aux amis, ça tombait bien, c'était les vacances de Noël et la disponibilité des gens en cette période est remarquable et une sortie de grange ou plutôt de "parking" fait toujours plaisir.

Un petit clin d'oeil à Nico, merci pour ton aide.

Une fois tout réglé, le départ fut donné le 31 décembre vers 9 heures. Attelage du plateau, vérification, sangles et Hop en route pour le 93 ou "9 cube" comme ils disent là-bas ! Arrivée vers 10 heures, inspection des lieux pour trouver le meilleur compromis pour le chargement de l'engin. Échange de papiers, carte grise et certificat de vente contre billets de banques et nous voilà reparti pour l'ouest parisien. Sans encombre ni embouteillage, nous étions de retour vers midi.

Le soir, il y avait le réveillon et tous les préparatifs mais il était quand même bien tentant de regarder la chose. Un petit coup de nettoyage pour la rendre plus attrayante car ma "Dame à moi" n'avait pas été prévenue de cette nouvelle acquisition et je voulais que le premier contact soit des plus harmonieux. Je lui avais déjà piqué son emplacement de garage alors ! il fallait ménager les présentations ! Une fois lavée, même moi, je ne la reconnaissais plus, elle brillait et paraissait beaucoup plus jeune que son age…. Et dans un bien meilleur état… Jugez-en plutôt !

Une petite révision mécanique (vidange et remplissage de tous les liquides), dégarnissage pour réfection de l’armature du siège conducteur qui était cassé (merci à Cyril) et hop, départ pour le contrôle technique de façon à obtenir une carte grise. Des anomalies, sûrement mais sans rien faire, faut pas se plaindre, un cylindre de freins arrière probablement bloqué, le pot d’échappement à changer (percé à plusieurs endroits ce qui rend le contrôle antipollution impossible), les caches amortisseurs défectueux. Echange également des quatre pneus, car à rester sans bouger et dégonflés je vous parle pas de la déformation et des drôles de vibrations de la voiture. Prochaine étape, la réfection des freins et de l’échappement pour la contre visite…, petite visite également chez Michel, pour y réparer son museau, changement du pare-choc avant et du spoiler pour y refaire une beauté, du cosmétique quoi !…... Elle est pas belle la vie ! 

 

Patrice

 

 

 

 

 

 

 

Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Peugeot 403

Le téléphone retentit : M. Chevrier, collaborateur PSA de Vélizy à la retraite depuis 3 ans m’appelle. Allo M. Delhomme, la Peugeot  que vous avez vue il y a 2 ans  est à vendre 1500€ car je déménage bientôt et je n’ai pas réussi à m’en séparer.

 

 

 

Le samedi suivant, je me rends chez M. Chevrier pour voir le véhicule : c’est une Peugeot 403/7 de 1964 avec 99255 Kms au compteur, l’intérieur est comme neuf,

La peinture est passée et la rouille  l’a  attaqué à plusieurs endroits (ailes avants autour des phares, ailes intérieures de coffre, ailes extérieures arrières, tôle de protection de longerons).

N’ayant pas de place dans mon garage, je dis à M. Chevrier désolé mais je ne la prends pas !

Alors M. Chevrier, dans un élan de gentillesse, me dit «et si je vous la donne ? »

 

 

Pas de problème, pour quelques bouteilles de bon vin, le lendemain au volant de sa XM, Thierry vient  chercher la 403 avec le plateau de Nicolas, direction Longjumeau.

Depuis j’ai refait le radiateur, le démarreur, l’alternateur, les freins avant et arrière, remis un Hélicoïdale dans un puit de bougie, fait la vidange du moteur, boîte et pont arrière. Enfin presque tout pour bien rouler avant de passer le contrôle Technique.

Régis


 

Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Massey Ferguson - Pony 812

Certains sortent des autos, d’autres des motos ou des vélos, mais d’autres sont encore plus marginaux. C’est le cas d’Alain qui nous a fait parvenir ces photos avec ce sympathique commentaire :

Cher Patrice,

L'année 2007 commence bien, j'ai pu essayer mon Pony démarreur réparé et je pense avoir atteint les 6 KMH, quel plaisir, c'est grisant !!!!!!

Je t'envoie les photos de mon engin ...dont une en sortie de grange!!

Massey-Harris PONY 820  de 1962 moteur essence de la Peugeot 203.

 

 

Merci Alain, et fais nous griser aussi en venant nous le montrer sur le parking du G20 lors d’un prochain rassemblement.

 

 

 

 

 

Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

NSU 41 Sport Sprintz

Ca y est ce matin

La bête est sortie. Depuis 1998 elle n’a pas mis une roue dehors !

J'ai commencé cet après-midi à la nettoyer et décrasser la carrosserie

Le week-end prochain je démonte ?!

Je crois qu'on pourra la mettre dans le coffre de la Mustang!!!

 

 

Fred MICHAUT

Marque : NSU

Type : 41 SPORT SPRINZ

Puissance : 3 cv

Place assises : 2

Date de 1ère mise en circulation : 1962

 

 

 

Retour haut de page

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Caravane Mabille

Jean-Philippe nous habitue à monopoliser cette rubrique pour notre plaisir. Chose peu commune, c’est dans le caravanning qu’il a officié. Cette caravane est ressortie de léthargie après plus de 50 ans de sommeil. Un coup de chiffon pour enlever la poussière et Hop ! On attelle et on part en vacances …..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un jour en se promenant à la campagne, nous avons vu au fond d’une grange une caravane toute poussiéreuse, abandonnée, des années 60. Après de nombreuses recherches auprès de la préfecture, nous avons pu récupérer cette caravane. Il a suffi d’un peu d’air dans les pneus et un chariot élévateur pour la sortir de la grange et la remettre sur la plateau. En participant au rassemblement des voitures anciennes, notre traction est tombée amoureuse de notre caravane. Depuis cette rencontre ils ne se séparent plus.

Mabille, nom inconnu des non-initiés ! Cette caravane a été produite à Amboise dans les années 50/60.

 

Jean-Philippe et tous les copains du Pur-Sang  de Maison Laffitte.

 

 

 

 


 

 

 

 

 

Retour haut de page

horizontal rule

Tout le contenu de ces pages est la propriété de l'association " Les Anciennes Beynoises". Toute reproduction même partielle ne peut se faire sans l'accord de l'association.
Pour toute question ou problème concernant ce site Web, envoyez un courrier électronique à pguasp@free.fr.
Dernière modification : 13 décembre 2015.